Contactez-nous
Dimanche 23 Septembre 2018

ThéâtredelaCité

Le ThéâtredelaCité : nouvelle tête

Par Cécile Brochard

On le connaissait jusque là sous son étiquette de TNT, mais il entame une nouvelle vie qui méritait bien un petit changement de nom. Le désormais ThéâtredelaCité se réinvente sous l’impulsion de Galin Stoev et de Stéphane Gil son directeur délégué.

“Je rêve d’un théâtre ouvert, démocratique, utile qui fonctionne comme une cité. Je rêve d’une cité qui nous permette de vivre et de créer librement, de rester émerveillés et de produire du sens, comme une expérience théâtrale qui nous marque à jamais. Bienvenue dans mon rêve, essayons de le matérialiser ensemble” c’est par ces mots que Galin Stoev ouvre le bal, signant là une parole d’artiste à la tête de cette belle infrastructure qui fête ses vingt ans ce mois-ci.

Lire la suite...

 

Tnt Toulouse

 

Pour cet anniversaire, l’Opéra Pagaï a mis le waï à tous les étages, transformant ce théâtre familier en Cité merveilleuse. Le lieu s’est vu investi, décoré et a ouvert grand toutes ses portes, donnant du sens à l’esprit festif de cette quasi-nouvelle inauguration. Au delà de la période d’ouverture, volonté est faite d’oxygéner la programmation, de l’ouvrir au plus grand nombre et de s’ancrer davantage dans une dynamique partenariale avec les autres lieux de culture toulousains. A travers co-productions et accueils partagés avec le Théâtre Sorano, le Théâtre Garonne, la Place de la Danse, l’Usine à Tournefeuille, le Lido, le Ballet du Capitole, la Cinémathèque, et ce grand CDN qu’est le Théâtredelacité se devait de renouveler son ancrage dans une dynamique culturelle locale et nationale. C’est chose faite.

Voisineront donc au fil de l’eau des grands “standards” qui font le bonheur des scènes nationales comme la création de Wajdi Mouawad dès le 30 septembre, mais aussi les créations maison de Galin Stoev et celles des artistes invités ainsi que des propositions plus locales, plus pointues ou plus risquées pour accentuer la découverte.

 

Tous des oiseaux © Simon Gosselin
  Tous des oiseaux © Simon Gosselin
 
Standards & master pieces

Il faudra donc voir la saga fleuve de Tous des Oiseaux de Mouawad, en grand raconteur d’histoires. On a vécu avec lui le souffle de ces drames épiques, Forêts, Littoral, Incendies, Ciels où souvent l’histoire individuelle, des familles déracinées, des êtres séparés, se mêle à l’actualité à travers des événements forts de nos temps modernes : Tous des oiseaux ne dément pas la fulidité d’écriture du dramaturge et sa capacité à nous embarquer dans un scénario à tiroirs joué en plusieurs langues, sans même qu’on s’en rende compte. Humanisme et vivre ensemble sont à l’arrivée.

Autre incontournable cette saison, la figure de Maguy Marin. Co-accueillie avec le Théâtre Garonne, La Place de la Danse, le Ballet du Capitole, l’Usine, la Cinémathèque de Toulouse et l’Université Toulouse Jean Jaurès, sa présence est un double événement : d’une part elle inaugure le premier Portrait/Paysage que le Théâtredelacité va mettre en place régulièrement avec de grands artistes. D’autre part elle signe le retour dans sa ville d’une chorégraphe majeure de l’histoire de la danse qui comme le dit Galin Stoev « n’a pas peur de redéfinir les limites de la création, de franchir les frontières des genres et de mélanger à la danse des expressions purement théâtrales ». 4 spectacles d’elle vont jalonner la saison, de May B à Groosland en mars dans le cadre de Partages de danses ou à Ha ! ha ! en avril ou encore Ligne de crête sa création 2018 au Théâtre Garonne.

 

Maguy Marin © Tim Douet  Maguy Marin © Tim Douet

 

Parmi les choses à voir cette saison il faudra aussi laisser souffler le vent frisquet mais passionné venu de l’est : Galin Stoev choisit avec l’auteur russe Ivan Viripaev, duquel il avait présenté à sa prise de fonction Danse « Delhi », de nous entraîner cette fois dans d’Insoutenables longues étreintes une comédie dramatique comme un voyage initiatique. C’est un moyen pour le public toulousain d’entrer plus avant dans l’univers de ce directeur fraîchement nommé et d’aller se frotter à nos questions existentielles restées sans réponse. La promesse d’un beau voyage.

 

Insoutenables Longues Etreintes © Zena Holloway  Insoutenables Longues Etreintes © Zena Holloway

 

Dans les grands romans fleuves venus de l’est ensuite, quoi de plus épique que Les Démons de Dostoïevski adaptés et portés par la troupe réunie autour de Sylvain Creuzevault. Ce feuilleton hors norme, parfois intitulé aussi Les Possédés, est une fresque comme seuls les russes en sont capables : démesure des sentiments, ferveur révolutionnaire et choc des idéaux, savant mélange de petite et de grande histoire, de passion et de politique. C’est à voir.

 

Les démons © Guy Valente
  Les démons © Guy Valente
 
Ecritures revisitées

D’autres jalons, si l’on reste sur le terrain des auteurs et des écritures, pourront être identifiés dans cette saison très variée en terme de styles et de formats. Il faudra donc sans hésitation venir se frotter aux relectures d’écritures connues : une Iphigénie revisitée par la perspicace Chloé Dabert qui a beaucoup travaillé avec de jeunes comédiens sur les écritures contemporaines et qui là cède à la beauté de l’alexandrin racinien.

 

Iphigenie © Thierry Chiloe  Iphigenie © Thierry Chiloe

 

D’autres auteurs, dans des genres très différents, Marivaux et son Triomphe de l’amour, Jorn Riel repris en solo par Eddy Letexier que le public toulousain connaît bien (Racontars arctiques) ou Georges Perec qu’on découvrira en Homme qui dort sous les traits d’un duo d’artistes. Présenté avec le Théâtre Sorano, ce récit d’un examen raté qui dégénère en vie de repli réunit le comédien Nicolas Fayol et le violoncelliste Vincent Courtois.

 

Homme Qui Dort  Homme Qui Dort
 
Produits du terroir

Mais cette sélection dans la saison ne serait rien sans inciter le public à donner leur chance aux compagnies du cru et aux artistes associés qui empruntent des chemins exigeants.

On aura d’abord le plaisir de revoir Jacques Nichet qui fut longtemps directeur de ce théâtre avec une mise en scène du grand Samuel Beckett : Compagnie. « Une voix parvient à quelqu’un dans le noir. Imaginer ». C’est sur cette consigne de Beckett que navigue le comédien Thierry Bosc. Seul en scène, il entend cette voix d’abord par intermittence, avant qu’elle ne lui tienne de plus en plus compagnie.

 

  Jacques Nichet

 

Marie Rémond, artiste associée et comédienne découverte la saison dernière dans Soudain l’été dernier, s’attaque à l’écriture épidermique de Jane Bowles dans Cataract valley. Cette nouvelle est une fenêtre sur la mélancolie de Bowles et sur ses personnages, qui comme ceux de Tennessee Williams, vivent dans une incapacité relationnelle au monde et à sa brutalité.

C’est aussi un de ses auteurs favoris Falk Richter, aux antipodes en matière d’univers, qu’a choisi le Groupe Merci après Trust. Dans Je suis Fassbinder il est question forcément de l’engagement critique de l’artiste face au monde  et face à son temps. Est-il encore possible d’incarner une posture aussi violemment critique que celle qu’il porta ? Quel courage a-t-on encore aujourd’hui pour dénoncer les remous nauséabonds qui agitent notre chère Europe ?

 

Groupe Merci / Je suis Fassbinder © Luc Jennepin  Groupe Merci / Je suis Fassbinder © Luc Jennepin

 

C’est pour sa part aux sources de la tragédie grecque que s’est abreuvée l’Emetteur compagnie en ressortant au grand jour la force des récits d’Eschyle dans l’Orestie. A nos Atrides ! est une variation sur la grande saga des Atrides portée par des comédiens qu’on aime. La force de cette écriture ancestrale, l’acuité des questions qu’elle nous oblige à nous poser sur des thèmes vieux comme le monde, la violence ou l’amour, la trahison ou la filiation, etc, tout cela fait qu’on ira pour sûr à cette découverte.

On (re)découvrira aussi l’écriture fleuve de Camille de Toledo et la proposition PRLMNT de Christophe Bergon. Construite en deux volets, La Chute et L’invention, cette fiction d’anticipation nous donne à voir un monde qui pourrait être le nôtre dans pas si longtemps. Basée sur une réflexion qui passe au tamis l’état de notre vieille Europe, le spectacle dessine ce qui pourrait être les bases d’un avenir commun pour toutes les jeunesses européennes.

 

PRLMNT © Pierre Ricci  PRLMNT © Pierre Ricci

 

Cécile Brochard

Theatredelacite Tnt Billetterie

Billetterie en Ligne



ThéâtredelaCité
Saison 2018 / 2019 • Toulouse

Galin Stoev © Tsvetelina Belutova

Le Théâtre National de Toulouse Midi-Pyrénées, conçu par Alain Sarfati, dresse en plein coeur de la ville de Toulouse son architecture aux volumes harmonieux.

Adapté à l'environnement urbain, mêlant la pierre, la brique et le verre, l'extérieur du bâtiment contraste avec un intérieur entièrement voué aux arts de la voix et de l'image. Sa grande salle bleue (un amphithéâtre de 898 places), son petit théâtre (250 places) habillé de bois sombres, son studio propice aux formes brèves ou aux lectures et son bistrot ouvert sur la rue, sont devenus familiers à un large public sensible à la diversité et à l'esprit d'ouverture de sa programmation.

Répertoires classique et de demain, danse contemporaine, poésie, arts du cirque ou de la marionnette, théâtre des enfants.

 

 

Newsletter novembre 2018 (Culture 31)

Le TNT se réveille (Culture 31 - Jérôme Gac)

Regarde les hommes tomber (Culture 31 -  Sarah Authesserre)

Jean Santeuil raccompagnera Agathe Mélinand vers d'autres projets d'avenir (Culture 31 - Régis Daro)

Scène mélancolique (Culture 31 - Jérôme Gac)

Avant l’envol… (Culture 31 - Robinson Destouches)

Un Européen à la tête du TNT (Culture 31 - Jérôme Gac)                               

Gombrowicz show  (Culture 31 - Jérôme Gac)

Deux lucioles dans le noir  (Culture 31 - Sarah Authesserre)

La fuite (Culture 31 - Jérôme Gac)

Sturm und Drang  (Culture 31 - Jérôme Gac)

Cabinet de curiosités  (Culture 31 - Eric Lemuel)

Éloge de la démesure (Jérôme Gac - Culture 31)

Agathe Mélinand fait du compositeur Erik Satie notre contemporain (Bruno Serrou - Classique d’aujourd’hui

Le Songe d'une nuit d'été : la nuit étoilée (Catherine Tessier  - Una Furtiva Lagrima)

La réalisatrice (Sarah Authesserre - Intramuros)

Cité merveilleuse

samedi 15 et dimanche 16 septembre

ThéâtredelaCité

Réservation

Tous des oiseaux

du dimanche 30 septembre au samedi 6 octobre

La Salle

Réservation

Compagnie

du mercredi 3 au vendredi 19 octobre

Le Studio

Réservation

Cataract Valley

du mardi 9 au vendredi 19 octobre

Le CUB

Réservation

Les Idoles

du mercredi 10 au samedi 13 octobre

La Salle

Réservation

L'Eveil du Printemps

du lundi 5 au samedi 10 novembre

Théâtre Sorano

Réservation

Désobéir

du mardi 6 au jeudi 8 novembre

Théâtre Garonne

Réservation

Loulou

mercredi 7 novembre

La Salle

Réservation

4x10

du mercredi 7 au dimanche 11 novembre

Le CUB

Réservation

Clôture de l'amour

du mardi 13 au mercredi 14 novembre

La Salle

Réservation

C'est quoi le théâtre ?

du lundi 19 au jeudi 22 novembre

Le Studio

Réservation

Festen

du mardi 20 au samedi 24 novembre

La Salle

Réservation

Salomé

mardi 27 novembre

La Salle

Réservation

May B

du jeudi 29 novembre au samedi 1er décembre

La Salle

Réservation

Insoutenables longues étreintes

du mardi 4 au vendredi 21 décembre

Le CUB

Réservation

Vol d'usage

du mardi 11 au dimanche 30 décembre

La Salle

Réservation

Je suis Fassbinder

du mercredi 9 au dimanche 20 janvier

Le CUB

Réservation

La Nuit où le jour s'est levé

du mercredi 16 au vendredi 18 janvier

La Salle

Réservation

EVERYNESS

du jeudi 24 au vendredi 25 janvier

La Salle

Réservation

du jeudi 24 janvier au vendredi 8 février

Théâtre Garonne

Réservation

Le Triomphe de l'amour

du vendredi 1er au vendredi 15 février

La Salle

Réservation

Racontars arctiques

du mardi 5 au jeudi 14 février

Le Studio

Réservation

PRLMNT

du mardi 12 au jeudi 21 février

Le CUB

Réservation

A nos Atrides !

du mardi 12 au vendredi 15 mars

Théâtre Sorano

Réservation

Partage de danses

du mercredi 13 au vendredi 15 mars

La Salle

Réservation

Prince Lepetit

du jeudi 14 au jeudi 21 mars

Le CUB

Réservation

Un homme qui dort

du mardi 19 au jeudi 21 mars

La Salle

Réservation

Bacchantes

du mercredi 27 au samedi 29 mars

La Salle

Réservation

LEX

samedi 30 mars

Le CUB

Réservation

Tristesse et joie dans la vie des girafes

du mercredi 3 au samedi 6 avril

Le CUB

Réservation

Trsitesses

du mardi 9 au vendredi 12 avril

La Salle

Réservation

Ha ! Ha !

du samedi 13 au dimanche 14 avril

L'Usine

Réservation

Iphigénie

du mardi 16 au vendredi 19 avril

La Salle

Réservation

Nous / Eux (Wij / Zij)

du jeudi 9 au samedi 11 mai

Le CUB

Réservation

Les Démons

du mardi 14 au vendredi 17 mai

La Salle

Réservation

Ligne de crête

du mercredi 22 au vendredi 24 mai

Théâtre Garonne

Réservation

Création de L'AtelierCité

du mardi 4 au vendredi 14 juin

Le CUB

Réservation

Kind

du mercredi 12 au vendredi 14 juin

La Salle

Réservation

Marathon des mots

du jeudi 27 au vendredi 30 juin

Réservation