Contactez-nous
Vendredi 21 Septembre 2018

Théâtre Garonne

Le Garonne : sans frontières

Par Cécile Brochard

Tourné vers l’horizon international, le théâtre Garonne ne dément pas cette saison sa fibre sans barrières : d’Israël au Japon en passant par la Belgique ou l’Australie le lieu affirme toujours plus son ouverture aux créateurs d’ailleurs…et surtout aux créatrices.

 

Baro d’Evel   Baro d’Evel © Francois Passerini

 

“La xénophobie, la peur et le rejet de l’autre s’enracinent dans l’enfance. Aussi c’est dès l’enfance qu’il faut commencer à lutter contre eux” : on connaît le travail artistique de la chorégraphe sud-africaine Robyn Orlin et la ténacité de ses engagements. Elle fait partie des femmes qui traversent avec force cette nouvelle saison, en habituée du théâtre Garonne elle revient avec Twice, en compagnie d’Emmanuel Eggermont qui présente avec elle un duo de pièces très dissemblables. Ces mots de Robyn Orlin, dont les problématiques fétiches s’attachent toujours à dénoncer le racisme et la discrimination sous toutes ces formes, pourraient être l’un des fils conducteurs de la saison qui s’ouvre. En effet, le Garonne peaufine là ces compagnonnages étrangers, de plus en plus présents au fil des années et ouvre grand les fenêtres vers l’autre et vers l’ailleurs sur un registre volontairement très engagé et politique.

Lire la suite...

L’ouverture de saison se fera comme on en a désormais l’habitude avec les propositions du Printemps de septembre : à noter parmi elles l’originalité de Flyway de Lz Dunn qui nous invite à déambuler des bords de Garonne jusqu’au centre ville, pour pister le vol des oiseux migrateurs, équipés de casques audio et jumelles, à la tombée du jour. Parmi les stars de la programmation, Steven Cohen, performer hors normes, revient ensuite avec Put your heart under your feet and walk! Un moment très fort, hommage coup de poing à son compagnon disparu, son âme sœur. Quand l’amour se fait radical pour dépasser la douleur du deuil et transfigurer les émotions en spectacle total.

 

Steve Cohen © Pierre Planchenault  Steve Cohen

 

La saison s’inscrit donc sous les auspices du multilinguisme et de l’ouverture aux sensibilités différentes : le mois d’octobre embraye ensuite sur Five days in march du créateur japonais Toshiki Okada, qui met en scène la jeunesse japonaise aux prises avec certaines périodes marquantes de l’histoire du Japon, les débuts de la guerre en Irak notamment. Cette (re)création dix ans après la première version de la pièce s’est encore étoffée de l’onde de choc provoquée par les catastrophes plus récentes que le pays a connu après Fukushima. Un spectacle visuel et stylisé, proche de la danse et présenté dans le cadre de « Japonismes 2018, les âmes en résonnance » en japonais surtitré.

 

Five days in march © Hideto Maezawa  Five days in march

 

En octobre toujours le Japon sera suivi de près par l’américain Richard Maxwell et son Paradiso. Artiste associé au Théâtre Garonne pour deux ans il présente là le troisième volet d’une trilogie inspirée de la Divine Comédie de Dante et s’attache comme à son habitude à traquer l’humain dans ses failles avec une grande tendresse et beaucoup d’humour. Installé à New York il tourne dans le monde entier et s’est vu qualifier par le New York Times de « metteur en scène parmi les plus doués de sa génération ». Mazette !

 

Paradiso © Sascha van Riel  Paradiso
 
Vive la parité

Autre axe fort dans cette saison remarquable, la présence des femmes qui occupent décidément le terrain et c’est tant mieux : Julie Berès, accueillie en partenariat avec le Théâtredelacité témoigne dans son travail de la force de la désobéissance qu’ont des petites filles et filles d’immigrés pour vivre selon leurs envies et devenir qui elles ont envie d’être. Née de la collecte des paroles de ces femmes Désobéir, pièce d’actualité n°9 prend place dans un cycle initié par Marie-José Malis qui dirige le Centre dramatique d’Aubervilliers et qui pose chaque année la question à un artiste : « La vie des gens d’ici, qu’est-ce qu’elle inspire à votre art ? ».

 

© Willy Vainqueur Désobéir Julie Beres  Désobéir

 

Des femmes aussi, nombreuses, dans la manifestation Tel Aviv express un regard sur la scène indépendante israélienne, qui court du 14 au 24 novembre. Parmi elles Yasmeen Godder, performeuse, rejoint ce thème de la révolte féminine contre le machisme et le nationalisme, en se mettant en scène dans une performance avec la compositrice Tomer Damsky. Ensemble elles brassent les notions d’identité politique et de révolte, tout en les reliant à des questionnements universels plus intimes.

 

Tel Aviv Express  Tel Aviv Express

 

Sa compatriote Nava Frenkel lutte elle-aussi à sa manière contre les ferments des nationalismes en donnant à voir I look after, sorte de puzzle de sensations et de fragments, traversé par la question du temps et de la nostalgie. Frenkel appuie son travail poétique sur des jeux de langage et sur une chorégraphie ludique où transparaît son imaginaire.

 

I Look After  I look after

 

S’il y a une figure incontournable de la saison 2018/2019 tous grands théâtres confondus à Toulouse c’est bien celle de la grande chorégraphe Maguy Marin qui irradie avec le cultissime May B accueilli en partenariat avec le Théâtredelacité et la Place de la danse (et joué au Théâtredelacité). Le spectacle, mythique, a fait le tour des plus grandes scènes et Maguy Marin a été artiste associée au Garonne de 2011 à 2014 où elle a présenté une quinzaine de spectacles. Un deuxième opus, Ligne de crête sera d’ailleurs visible au Garonne à nouveau, en mai prochain.

 

May B © Herve Deroo  May B

 

La liste des femmes à suivre en cours de saison serait trop longue mais il faut souligner tout de même qu’elle s’accompagne d’un grand dynamisme et d’un théâtre pétri d’engagements : dans Nous sommes repus mais pas repentis Séverine Chavrier fait sonner un Thomas Bernhard plus corrosif que jamais; la voix de la grande écrivaine Agota Kristof résonne dans The notebook, joué par un formidable duo d’acteurs so british du collectif Forced Entertainement. La jeune Azusa Takeuchi qu’on avait pu découvrir sous le regard du metteur en scène Mladen Materic distille sa variation sur les états du corps dans Kara-Da-Kara. Camille Decourtye voltigeuse circassienne, donne un fait de cirque et de mélange animal/humain dans la dernière création de Baro d’Evel.

 

Baro Evel  Baro d’Evel

 

Lia Rodrigues chorégraphe brésilienne en furie (Furia) défend sa danse militante et le caractère éminemment politique de son art. Olivia Grandville, ancienne danseuse de l’opéra de Paris, mettra le cap A l’ouest en février à la rencontre des danses et musiques amérindiennes. Une invitation à « frapper le sol avec ses pieds, frapper la terre sacrée, communiquer avec les esprits, faire résonner le corps et la terre pour dire son existence au monde ».

 

A L'Ouest  A l’ouest

 

Après elle, Julie Deliquet mettra en scène plusieurs fois Tchekhov à la manière des nouveaux collectifs : avec beaucoup de liberté, une grande dose d’improvisation et un sens aigu du personnage et du rapport au spectateur. Tchekhov dans la ville est une proposition immersive où les comédiens vont hanter les rues du quartier St Cyprien et croiser votre chemin pendant une semaine. A la fin de la semaine les habitants sont invités à découvrir les épisodes de la pièce dans les lieux où ils se sont créés. En parallèle sur scène du 13 au 16 février, Mélancolie(s) met en scène la confrontation de deux pièces de l’auteur, les Trois Sœurs et Ivanov.

 

Mélancolie(s) © Simon Gosselin  Mélancolie(s)

 

Ensuite, jusqu’aux beaux jours de mai, se suivront la fantasque Marlene Monteiro Freitas, Kaori Ito, Gaëlle Bourges et ses marionnettes, et toutes jalonneront de leur talent cette saison kaléidoscope.

 

Garonne Billetterie En Ligne

Billetterie en Ligne



Théâtre Garonne
Saison 2018 / 2019  •  Toulouse

 

Steve Cohen © Pierre Planchenault • Five days in march © Hideto Maezawa • Paradiso © Sascha van Riel • © Willy Vainqueur Désobéir Julie Beres • May B © Herve Deroo • Baro d’Evel / Là © Francois Passerini • A l’Ouest © Stanislav Dobák • Mélancolie(s) © Simon Gosselin

 

theatre garonne visuel

UNE FORTE IDENTITÉ

Création, production, diffusion
Créé en 1988, le théâtre Garonne consacre son activité aux arts contemporains, essentiellement au théâtre et à la danse. Il accueille des formes novatrices, favorise l’émergence de nouveaux talents et présente des artistes emblématiques de la création contemporaine. Il soutient la production d’œuvres, accompagne les parcours des artistes. Ses activités de diffusion comme de production s’inscrivent dans des réseaux de dimension nationale et internationale.

LE RAYONNEMENT

Le théâtre Garonne joue un rôle essentiel dans la région Midi-Pyrénées et sur l’agglomération toulousaine dont il contribue à dynamiser le rayonnement artistique par son activité propre et en collaborant avec de nombreux partenaires.

LA FORMATION ARTISTIQUE

La présence d’équipes issues d’horizons divers permet d’interroger les pratiques artistiques. Au sein du théâtre sont organisés des cycles de formations sous diverses formes à destination des artistes professionnels.

LES RELATIONS AVEC LES PUBLICS

La découverte de nouvelles formes contemporaines nécessite de se rendre disponible, perméable, face à des oeuvres parfois en décalage avec nos repères habituels. C'est pourquoi, nous avons à coeur d'aménager des passerelles entre le public et les artistes, pour que le théâtre ne soit pas juste un lieu de passage et de consommation mais soit avant tout un espace vivant d'échanges et de circulations. Aiguiser son regard, réinterroger sa perception d'un spectacle ou sa pratique de la scène, stimuler une pensée, appréhender la scène et les artistes dans une proximité décomplexée... Telles sont les intentions des "hors scène", ces rendez-vous variés à côté des spectacles qui jalonnent la saison : rencontres après spectacle, conférences, apéros du spectateur, cafés du spectateur, après-midi en coulisses, répétitions ouverte ou stages pratique.

 

 

Adishatz / Adieu Saison 16/17
L'heure où nous ne savions rien l'un de l'autre InExtremis 2016
 
Saison 15/16  

 

Les Amis du théâtre Garonne

Spectateurs passionnés, curieux ou récemment séduits par la programmation de Garonne, vous souhaitez soutenir le théâtre et y développer des liens privilégiés, rejoignez les Amis du théâtre !

Les Amis du théâtre c’est :



- Une proximité avec la vie de Garonne et son projet artistique

- des moments qui vous sont réservés aux côtés de l’équipe du théâtre et des compagnies : discussions avec les artistes, des invitations à des répétitions, etc.


- des échanges entre spectateurs autour d’un verre à l’occasion d’une rencontre


- la possibilité d’un engagement autour d’une équipe artistique ou d’un projet

Choisissez la nature de votre soutien

• Participation libre don à partir de 75€ 

• Parrainage d’un(e) étudiant(e) don à partir de 100€ - ainsi l’étudiant deviendra membre pour 25€ seulement

• Soutien d’un événement - programmes House On Fire, In Extremis, Actoral,... don à partir de 200€

• Soutien d’une équipe artistique de votre choix - don à partir de 300€

Vous bénéficiez d’une réduction d’impôts égale à 66% de votre don, dans la limite de 20% de votre revenu imposable (exemple, pour un apport de 100€, il ne vous en coûtera que 33€)

contact : Ellen Ginisty  -  Tel. : 05 62 48 56 81 / 06 61 43 56 86  -  ellen@theatregaronne.com 

 

Le théâtre Garonne dévoile sa 30e saison ! (Culture 31 - Régis Daro)

Tel Aviv Fever : l'envers du ballet vu par Hillel Kogan (Culture 31 - Léa Guichou)

Garonne et associés (Culture 31 - Jérôme Gac)

Alain Behar "Les Vagabondes c'est une ode à la vie" (Culture 31 - Claire Eckersley)

Sous le soleil de Jonathan (Culture 31 - Sarah Authesserre) 

Un enfant de la Garonne (Culture 31 - Jérôme Gac)

Scène géographique (Culture 31 - Jérôme Gac)

Au Théâtre Garonne, une saison aux vents du monde (Culture 31 - Cécile Brochard)

Théâtre Garonne : c'est hénaurme (Culture 31 - Michel Grialou)

Nouvelle saison du Théâtre Garonne : on the road again (Culture 31 - Cécile Brochard)

Le sens de l’histoire (Culture 31 - Sarah Authesserre)

L’homme pressé  (Culture 31 - Sarah Authesserre)

«À nos frères humains et sœurs»  (Culture 31 - Sarah Authesserre)

Mortelles démocraties  (Culture 31 - Sarah Authesserre)

Présences vocales : la 7ème saison prolonge l’aventure  (Classic Toulouse - Serge Chauzy)

Le monde entier est au Garonne  (La Dépêche - Nicole Clodi)

Put your heart under your feet...

And Walk !

du mercredi 3 au samedi 6 octobre à 20h30

Réservation

Five days in march

du jeudi 11 au samedi 13 octobre

Réservation

Paradiso

du mercredi 17 au samedi 20 octobre

Réservation

Pièce d'actualité n° 9 : Désobéir

du mardi 6 au jeudi 8 novembre à 20h00

Réservation

Monkeys

du mercredi 14 au samedi 17 novembre

Réservation

Nouvelle création 2018

du jeudi 15 au samedi 17 novembre à 21h00

Réservation

O.S.L.O

du mercredi 21 au samedi 24 novembre à 21h00

Réservation

I look after

du jeudi 22 au samedi 24 novembre à 19h00

Réservation

May B

du jeudi 29 novembre au samedi 1er décembre

Réservation

Quartett

du mercredi 5 au samedi 8 décembre

Réservation

Scènes de violences conjugales

du mercredi 5 au vendredi 7 décembre à 20h00

Réservation

Les vagues

mardi 18 et mercredi 19 décembre à 20h00

Réservation

Kara-Da-Kara

du jeudi 17 au samedi 19 janvier à 20h30

Réservation

Nous sommes repus mais pas repentis

du mercredi 9 au samedi 12 janvier à 19h30

Réservation

The notebook

du mercredi 16 au samedi 19 janvier à 20h00

Réservation

du jeudi 24 janvier au vendredi 8 février à 20h00

Réservation

Furia

jeudi 31 janvier et vendredi 1er février à 20h30

Réservation

À l'ouest

mardi 5 et mercredi 6 février

Réservation

Twice

vendredi 8 février à 19h00

Réservation

Mélancolie(s)

du mercredi 13 au samedi 16 février

Réservation

By heart

du mardi 19 au samedi 23 février

Réservation

The end of reality

du mercredi 13 au samedi 16 mars à 20h00

Réservation

Quasi niente

du mercredi 20 au samedi 23 mars

Réservation

Bacchantes

Prélude pour une purge

du mercredi 27 au vendredi 29 mars

Réservation

Moondog

samedi 30 mars à 20h00

Réservation

Timon d'Athènes

du jeudi 11 au mercredi 17 avril

Réservation

Robot, l'amour éternel

du mercredi 17 au vendredi 19 avril à 20h30

Réservation

Le bain

jeudi 9 mai à 19h00

Réservation

Les démons

du mardi 14 au vendredi 17 mai

Réservation

Ligne de crête

du mercredi 22 au vendredi 24 mai

Réservation