Contactez-nous
Lundi 26 Octobre 2020

Théâtre du Capitole

Au Théâtre du Capitole, Gabriel Fauré en majesté

Par Michel Grialou

C’est un week-end entier que le Théâtre du Capitole offre à notre natif de Pamiers en 1845. Ce sera avec son opéra Pénélope donné le vendredi 23 octobre à 18h, qui sera suivi le samedi et dimanche par des récitals consacrés à ses œuvres pour piano ou à l’art lyrique plus précisément, à l’art de la mélodie. Détails suivent.

 

Gabriel Fauré

Gabriel Fauré

 

Remarque : On raconte que la vie de Gabriel Fauré fut déterminée par la rencontre fortuite d’un gamin et d’un certain Louis de Niedermeyer qui aurait entendu les notes improvisées sur un harmonium de l’église par le petit Gabriel, fils de l’instituteur  de la bourgade. Le dit voyageur de passage convaincra Fauré père, de laisser partir son tout jeune fils dans son École de musique classique et religieuse. C’est ainsi que, octobre 1854, à 9 ans, Gabriel quitte son Ariège et se retrouve pensionnaire à Paris dans une école à la discipline de fer et aux programmes d’études chargés.

Lire la suite...

Sorte d’aboutissement de l’écriture musicale de Gabriel Fauré, Pénélope est son unique opéra, sur un poème lyrique en trois actes de René Fauchois. Pensant pouvoir l’écrire en deux ans, il mettra finalement cinq ans, de 1907 à 1912. Il est ici donné un seul soir en version originale pour piano, et en version concert. Le livret reprend les grandes lignes des derniers épisodes de l’Odyssée, à partir du moment où Ulysse entre à Ithaque et découvre, ce que les prétendants au trône qu’il a laissé vacant ont fait de son petit royaume, mais aussi la fidélité de son épouse Pénélope. Tout repose essentiellement dans cette version sur Anne le Bozec, au piano et à la direction d’orchestre. « Pénélope est vraiment un aboutissement, à tous les sens du terme : aboutissement, esthétique et musical, dans la manière de traiter l’imbrication entre texte et musique, aboutissement d’un projet esthétique avec ce retour  à l’antique, aboutissement de ce travail sur l’émotion qui cherche à se faire d’autant plus poignante qu’elle se dit avec une économie de moyens… C’est d’ailleurs ce dernier point qui justifie tout à fait qu’on joue Pénélope au piano. » Anne Le Bozec

 

Anne Le Bozec © Caroline Doutre

Anne Le Bozec © Caroline Doutre

 

Le Chœur du Capitole est présent, toujours sous la direction d’Alfonso Caiani et cet événement bénéficie d’un plateau vocal impressionnant dans lequel on remarque, et les non cités me pardonneront, Airam Hernandez, qui fut un très beau Alfredo et un magnifique et endurant Pollione, et qui chante bien sûr Ulysse. Pénélope, c’est Catherine Hunold. Personne n’a oublié son Ariane à Naxos, entre autres rôles. Qui a vu Cosi, a encore en tête le Ferrando de Mathias Vidal qui, ici, chante Antinoüs. Léodès, c’est un des Écuyers d’Amfortas dans ce Parsifal de choc, soit Enguerrand de Hys, ……

 

Nicolas Stavy © Jean Baptiste Millot

Nicolas Stavy © Jean Baptiste Millot

 

Le samedi 24 octobre à 15h, c’est le pianiste Nicolas Stavy. Il  aura fait le choix des œuvres pianistiques qu’il veut nous interpréter et nous faire connaître, éventuellement, et le choix est vaste. Sans parler de deux autres rendez-vous consacrés à la mélodie, cet art du chant si particulier dans lequel Gabriel Fauré a excellé tout au long de sa vie, évoluant d’un cycle à l’autre, se métamorphosant, toujours dans la douceur, sans rupture, sans cassure.

Ce sera d’abord le samedi 24 à 18h avec la mezzo Victoire Bunel et le ténor Mathias Vidal accompagnés par la pianiste Sarah Ritorcelli. Citons, entre autres au programme L’Horizon chimérique et les Cinq mélodies de Venise. Le dimanche 25 à 17h, on retrouve Marc Mauillon et sa voix de baryton, le registre que le compositeur a tant chéri. Il est accompagné par Anne Le Bozec et le fil du programme sera plus particulièrement occupé par Fauré et ses poètes, Paul Verlaine ? Albert Samain ? Paul Armand Silvestre ? Catulle Mendès ?

 

Marc Mauillon © Inanis

Marc Mauillon © Inanis

Gabriel Fauré connaît au fil du temps les phénomènes phonétiques, et sait que les mots chantés peuvent perdre de leur impact dans les tessitures aigues. Il va se tourner vers des voix donnant une claire restitution des poèmes choisis, poèmes qui abondent en son temps. En dernier analyse, le registre de baryton semble retenir toutes les préférences du compositeur. À de rares exceptions, il va devenir le messager patenté de son œuvre. C’est ainsi qu’au soir de sa vie, Fauré va prendre une résolution comme définitive, et mûrement réfléchie, et non pas décider d’une quelconque faveur. Recevant chez lui, un certain Charles Panzera, à la voix admirable, il va lui dédier le fameux opus “L’Horizon chimérique“. C’est ainsi que le jeune baryton va inaugurer l’ère française des soirées de mélodies. Et, imposer la maxime : Qui dit Fauré, dit baryton.

« La meilleure mélodie française invite l’artiste à un travail d’imagination créateur, qui résulte chez l’auditeur en une illumination absolue. Et cela, de la façon la plus pure. » Mais ce n’est pas tout. Les bornes de l’art vocal étant posées, il va s’adresser à leurs collaborateurs, soit, les pianistes. Et ce pianiste de réputation certaine, ce “magicien des touches“ va les élever à une dignité nouvelle. Il désirait fortement adjoindre aux prestigieux chanteurs des accompagnateurs consommés et il n’aura de cesse de rechercher des duos de haut niveau pour satisfaire la demande pour l’art de la mélodie dans ces cercles qui alors participèrent tant à la diffusion de cet art. En dépit des sarcasmes proustiens, ils ont permis à Fauré, et à d’autres, de s’exprimer et d’être compris, de défendre fièrement le genre de la mélodie. Ruches bourdonnantes, ils ont constitué comme des remparts aux monopoles conjugués du théâtre lyrique et du concert symphonique. Le combat est devenu bien rude !

Billetterie en ligne du Théâtre du Capitole

Théâtre du Capitole 

 

En 2020/2021, des chefs-d’œuvre pour soigner nos esprits et nos cœurs !

 En ouverture de la saison 2020/2021, Les Pécheurs de perles du jeune Bizet nous rappelleront que toute soirée de théâtre est une invitation au voyage. Le chorégraphe Thomas Lebrun y mettra en scène son premier grand opéra et Emmanuel Plasson dirigera. Après ce pilier de notre répertoire, une première à Toulouse : Le Viol de Lucrèce, chef-d’œuvre bouleversant de Benjamin Britten. Anne Delbée pourra y déployer son vif génie de la tragédie. Le grand baryton français Stéphane Degout incarnera pour la première fois le rôle-titre d’Eugène Onéguine dans une nouvelle production confiée à deux jeunes talents singuliers, le metteur en scène Florent Siaud et le chef d’orchestre Gábor Káli. Eric Ruf, directeur de la Comédie-Française, nous présentera ensuite son Pelléas et Mélisande, avec la toute première Mélisande de Victoire Bunel. Et Les Noces de Figaro verront les premières Comtesse de Karine Deshayes et Susanna d’Anaïs Constans ! Pour finir la saison : La Force du destin de Verdi, l’un des sommets absolus de l’œuvre de Verdi, avec Catherine Hunold et Nicolas Courjal, puis Elektra de Strauss confiée à Michel Fau et Frank Beermann.

Dans notre arène, s’affronteront pour notre plus grand plaisir Ricarda Merbeth, Violeta Urmana, Johanna Rusanen et Matthias Goerne ! Quelques grands chanteurs viendront en récital : Sabine Devieilhe, Alexandre Tharaud, Marina Rebeka, Nelson Goerner et Véronique Gens.

L’immense Jordi Savall, qui entame une résidence en Occitanie, nous présentera le rare et éblouissant

Teuzzone de Vivaldi. Avec le théâtre Garonne, nous produirons le premier spectacle lyrique en France de Silvia Costa, talent singulier de la mise en scène, autour de Debussy et Janáček. Enfin, nous rendrons hommage à deux compositeurs nés sur nos terres mais au génie universel : Gabriel Fauré avec la rare version pour piano de son unique opéra Pénélope, et Déodat de Séverac, auquel la Bibliothèque du Patrimoine de Toulouse consacrera une exposition.

Le Ballet du Capitole est l’une des meilleures compagnies françaises et elle est portée par le talent passionné de Kader Belarbi. Celui-ci pourra enfin créer son Toulouse-Lautrec, annulé en mai 2020, ainsi que Les Saltimbanques, évocation de Rilke et Picasso. Pour les fêtes, nous pourrons donner la mythique Bayadère, chorégraphiée par Thomas Edur dans la plus pure tradition de Petipa. Deux grands chorégraphes d’aujourd’hui seront réunis en une seule soirée : Carolyn Carlson et Thierry Malandain.

Comme toujours, nous pensons à notre jeune public : nous lui consacrerons toute une série de manifestations, ateliers, concerts et récitals. Cette saison, nous lui apporterons le message de Mozart dans les écoles de la Métropole. Surveillez près de chez vous les arrêts du « Bus Figaro » !

 Nous espérons vous accueillir pour cette nouvelle saison au Théâtre du Capitole !

Cosi Fan Tutte

du 26 septembre au 11 octobre 2020

Réservation

Pénélope

vendredi 23 octobre 2020

Réservation

Le Viol de Lucrèce

du 27 novembre au 3 décembre 2020

Réservation

Eugène Onéguine

du 26 janvier au 07 février 2021

Réservation

Teuzzone

dimanche 14 février 2021

Réservation

Pelléas et Mélisande

du 02 mars au 11 mars 2021

Réservation

Les Noces de Figaro

du 02 avril au 13 avril 2021

Réservation

La Force du destin

du 25 mai au 03 juin 2021

Réservation

Elektra

du 25 juin au 02 juillet 2021

Réservation

Toulouse-Lautrec

du 04 novembre au 08 novembre 2020

Réservation

La Bayadère

du 19 décembre au 31 décembre 2020

Réservation

Carlson / Malandain

du 27 avril au 02 mai 2021

Réservation

Les Saltimbanques

du 24 juin au 27 juin 2021

À la Halle aux Grains

Réservation

Sabine Devieilhe (Soprano)

Alexandre Tharaud (Piano)

vendredi 25 septembre 2020

Réservation

Marina Rebeka (Soprano)

Mathieu Pordoy (Piano)

jeudi 15 octobre 2020

Réservation

Chœur du Capitole • Alfonso Caiani (direction)

vendredi 16 octobre 2020 à 20h30

Temple du Salin

Réservation

Concert de Noël • Alfonso Caiani (direction)

samedi 5 décembre 2020 à 20h00

dimanche 6 décembre 2020 à 16h00

Réservation

Matthias Goerne (Baryton)

Nelson Goerner (Piano)

lundi 18 janvier 2021

Réservation

Les Sacqueboutiers

Jean-Pierre Canihac et Daniel Lassalle (direction)

mercredi 03 mars 2021

Réservation

Véronique Gens (Soprano)

Susan Manoff (Piano)

mercredi 26 mai 2021

Réservation

Grace Durham (Mezzo-soprano)

jeudi 1er octobre 2020 à 12h30

Réservation

Carl Ghazarossian (Ténor)

jeudi 28 janvier 2021 à 12h30

Réservation

Aude Extremo (Mezzo-soprano)

jeudi 4 mars 2021 à 12h30

Réservation

Emiliano Gonzalez Toro (Ténor)

Thomas Enhco (Piano)

jeudi 8 avril 2021 à 12h30

Réservation