Contactez-nous
Mardi 12 Novembre 2019

Les Grands Interprètes

Grigory Sokolov, une légende vivante du piano, grand habitué de la Halle

Par Michel Grialou

La “cérémonie“ digne d’une séquence messianique sous les arbres de la forêt gauloise aura bien lieu le mardi 19 novembre 2019 à la Halle, Toulouse, à 20h,  dans le cadre du Cycle Grands Interprètes. L’artiste appartient corps et âme à cette lignée de pianistes pour qui la musique est autre chose qu’une succession de notes sur le papier.

 

Grigory Sokolov © Mary Slepkova / Deutsch GrammophonGrigory Sokolov © Mary Slepkova / Deutsch Grammophon

 

Longtemps ignoré alors du grand public, pas du genre extraverti, guère soucieux de son profil de carrière mais bien davantage de son piano, ce seront plus de deux mille spectateurs attendant avec une impatience doublée d’une certaine excitation que Grigory Sokolov rejoigne son siège et attaque immédiatement les premières mesures de son programme, récital unique consacré à Mozart et à Brahms, et que voici :

Lire la suite...

MOZART : Fantaisie et Fugue en ut majeur K 394

MOZART : Sonate n°11 en la majeur K 331 opus 6 n°2
Andante grazioso
Menuetto. Trio
Alla turca. Allegretto

 MOZART : Rondo n°3 en la mineur, K. 511 

BRAHMSSix pièces pour piano, les Klavierstücke, opus 118
Intermezzo. Allegro non assai, ma molto appassionato (la mineur)
Intermezzo. Andante teneramente (la majeur)
Ballade. Allegro energico (sol mineur)
Intermezzo. Allegretto un poco agitato (fa mineur)
Romanze. Andante—Allegretto grazioso (fa majeur)
Intermezzo. Andante, largo e mesto (mi dièse mineur)

BRAHMSKlavierstücke, opus 119
Intermezzo. Adagio (si mineur)
Intermezzo. Andantino un poco agitato (mi mineur)
Intermezzo. Grazioso e giocoso (do majeur)
Rhapsodie. Allegro risoluto (mi bémol majeur)

 

 

« Interdit d’applaudissements, plongé dans le noir le plus complet, tenu en haleine comme jamais, le public est happé dans une sorte de transe musicale et ne peut que communier par son silence épais avec l’imperturbable concentration de l’interprète. Un sorcier.»

Né en 1950 à Saint-Pétersbourg, alors Leningrad, ce magicien russe boude les studios au profit des performances concerts. Artiste inclassable, c’est sans nul doute que l’on peut affirmer : « Il y a Sokolov et il y a les pianistes » D’un jeu pianistique, d’un sens musical et d’un art que tous pensaient éteints à jamais, ainsi va Grigory Sokolov. De par, le style et l’approche du piano, totalement personnels, uniques, le grand maître russe du piano acquiert un statut quasi mythique auprès de ses admirateurs à travers le monde.

Ses doigts d’or, comme s’ils étaient dix à chaque main, peuvent faire tout ce qu’on leur demande tout au long d’un immense répertoire. Douceur et élégance de la respiration fascinent tout autant que le contrôle absolu du temps, l’oubli de la part de l’artiste de tout ce qui peut bien se passer autour de lui, l’artiste délivrant son message musical avec un calme sidérant.

 

 

On ne va pas à un récital de piano, on va écouter Sokolov sur le Steinway qu’il a minutieusement réglé et apprivoisé pendant des heures avant le concert. Ceux qui ont assisté à un concert de Grigory Sokolov, ont vu Goliath traverser la scène d’un pas métronomique pour se diriger droit vers son tabouret de piano, visage fermé, impassible et tout à sa partition. Ils peuvent alors comprendre l’effet hypnotique dégagé par sa silhouette massive, toute d’énergie musicale contenue et prête à jaillir. Peu importe le programme: la Suite en ré de Rameau, la Sonate en la mineur de Mozart, les Variations sur un thème de Haendel de Brahms ou, toujours de Brahms, les Trois Intermezzos, ce soir, d’autres Brahms encore, tout semblera totalement nouveau, inédit, si personnel et respectueux à la fois, et ce, dès la première note : le colosse aux doigts de fée fait sourdre la musique à l’état pur, conduite avec un souffle, une finesse et une poésie qui ne semblent pas de ce monde.

Pour clore, s’il a “senti“ le public tout au long, il lui sera reconnaissant en lui délivrant, non pas un ou deux “bis“ mais peut-être bien, trois ou quatre ou cinq ou six !! Lors d’un récital, on en a compté jusqu’à ……sept !! Autant de devinettes à résoudre durant le dîner d’après concert, éventuellement.

 

Brahms (1833 - 1897) par Olga bob Milleer (1880) Brahms (1833 – 1897) par Olga bob Milleer (1880)

 

Quelques mots sur les Klavierstücke de Johannes Brahms, les op. 118 et 119. Jusqu’en 1892 et proche ainsi de la soixantaine, le compositeur a délaissé le piano, cet instrument pourtant présent dans son tout début de carrière puisque pianiste avant d’être compositeur. Terminé le temps des partitions sur, symphonies, concertos, musique de chambre et lieder et sonates. Il va maintenant livrer quatre ensembles de pièces plutôt brèves pour son instrument premier. Et on ne peut s’empêcher d’y voir comme une suite de réflexions sur sa propre vie, car à l’approche des 60 ans, on est vieux, à l’époque !! mais aussi réflexions sur le piano lui-même qui, avec ses immenses possibilités acquises au fil des ans grâce à d’extraordinaires facteurs, les Erard, Pleyel, Beschtein et autres, l’instrument est bien loin du piano d’un Mozart, d’un Beethoven, d’un Chopin, et loin des premiers émois d’un Franz Liszt devant son clavier. Le piano jouera comme le rôle d’un confident pour ce musicien aux rapports difficiles avec son entourage, dit “bourru“, fuyant la foule et surtout le “beau monde“, une véritable antithèse d’un Liszt.

Les treize pièces interprétées ce soir ont toutes été écrites durant les vacances d’été de 1892 et 1893 dans les Alpes autrichiennes à Bad Ischl, petite cité thermale située au cœur du Salzkammergut, où ne se rencontre  que du beau monde, et même Sissi, impératrice d’Autriche !! De son côté, Clara Schumann, toujours là, appréciait fort ces partitions pleines de nostalgie et d’une infinie tendresse, toujours sous le charme de celui dont elle a dû “tomber“ amoureuse dès leur première rencontre, le premier regard avec ce jeune homme de vingt ans. Elle compare  ces ultimes partitions à un trésor d’inépuisables chefs-d’œuvre, dans lesquelles elle semble lire tous les mystères de son amour irrémédiablement perdu.

Les ultimes confidences pianistiques du compositeur sont réunies dans l’op. 119, recueil de calmes contemplations devant la mélancolie de la vie et témoignage du Romantisme finissant en cette année 1893. Une vaste Rhapsodie clôture toute son œuvre pianistique, ponctuée d’une multitude de traits, dans la plus pure tradition nordique, avec, comme en filigrane le visage de l’homme barbu sur fond de brumes hanséatiques.

 

Grands Interpretes Reserve 19 20

Billetterie en Ligne des Grands Interprètes 

 

 

 

 

Nous sommes heureux de vous inviter à parcourir la nouvelle saison des Grands Interprètes qui fera cette année l’éloge de la voix : de la mélodie aux grands airs d’opéra, du baroque aux accents viennois des lieder de Strauss…

Inaugurant la saison, la mezzo Magdalena Kožená accompagnée par Sir Simon Rattle au piano et de quelques musiciens de la Philharmonie de Berlin, ont imaginé un programme intimiste se terminant par des accents tchèques, compatriotes de la chanteuse.

Vivaldi lui, sera au cœur du programme de Cecilia Bartoli, une connivence évidente les unit de longue date. Elle sera accompagnée par Les Musiciens du Prince dirigés par Gianluca Capuano.

Des airs de concerts de Mozart ponctués par des interludes musicaux. Un dramma giocoso imaginé par Raphaël Pichon avec Sabine Devieilhe et une brillante distribution, dans une mise en espace de Damien Bigourdan.

Le rôle virtuose d’Ariodante, chef d’œuvre de Haendel, que nous écouterons en version concert, sera endossé par Marianne Crebassa avec Les Musiciens du Louvre dirigés par Marc Minkowski. Une intrigue ou se mêlent amour et jalousie…

C’est une saison foisonnante qui place les femmes au cœur de la programmation. Martha Argerich dialoguera avec le violoncelliste Mischa Maisky. Hélène Grimaud nous conviera à une méditation poétique à partir des bagatelles du compositeur ukrainien Silvestrov. Viktoria Mullova sera la soliste du concerto de Chostakovich accompagnée par l’Orchestre Philharmonique de Radio France dirigé par Jakub Hrůša.

On célèbrera aussi le 250ème anniversaire de la naissance de Beethoven, de façon originale avec des œuvres peu connues, écrites pour mandoline avec Julien Martineau accompagné au piano par Vanessa Benelli Mosell. Toujours à Saint-Pierre des Cuisines, Thibaut Garcia et Christian-Pierre La Marca nous embarqueront dans un programme aux accents mêlés de guitare et violoncelle.

De la musique russe incarnée par l’Orchestre, le Chœur et les Solistes du Bolchoï dirigés par Tugan Sokhiev avec deux versions concert d’opéra de Tchaïkovsky : Eugène Onéguine, Mazeppa et un concert symphonique.

Du jazz avec deux immenses musiciens de la même génération : Chick Corea en trio avec ses complices de toujours et Herbie Hancock en piano-solo. Ils ont tous les deux croisé dans leur parcours, le chemin musical de Miles Davis.

C’est toujours un moment inattendu un récital de Grigory Sokolov, musicien poète qui nous livre son regard audacieux sur le répertoire.

Enfin, pour terminer cette édition, Philippe Jaroussky et l’Ensemble Artaserse. On a tout dit, tout écrit sur cet artiste qui nous invite à un concert réjouissant entre Vivaldi et Haendel.

Nous espérons partager avec gourmandise ces rencontres musicales avec ces artistes d’exception.

Catherine d’Argoubet

 

 
  
Rejoignez le Cercle des Grands Interprètes
 

 

Magdalena Kožená (mezzo-soprano)

mercredi 16 octobre à 20h00

Halle aux Grains

Réservation

Grigory Sokolov (piano)

mardi 19 novembre à 20h00

Halle aux Grains

Réservation

Herbie Hancock

jeudi 21 novembre

Halle aux Grains

Réservation

Les Musiciens du Louvre

lundi 2 décembre à 20h00

Halle aux Grains

Réservation

Orchestre Philharmonique de Radio France

jeudi 5 décembre à 20h00

Halle aux Grains

Réservation

Pygmalion

lundi 16 décembre à 20h00

Halle aux Grains

Réservation

Thibaut Garcia & Christian-Pierre La Marca

mardi 14 janvier à 20h00

Auditorium St Pierre des Cuisines

Réservation

Martha Argerich & Mischa Maisky

jeudi 6 février à 20h00

Halle aux Grains

Réservation

Chick Corea Trilogy

mercredi 26 février à 20h00

Halle aux Grains

Réservation

Julien Martineau & Vanessa Benelli Mosell

lundi 2 mars à 20h00

Auditorium St Pierre des Cuisines

Réservation

Orchestre de Choeur du Théâtre Bolchoï de Russie

mardi 10 mars à 20h00

Halle aux Grains

Réservation

Orchestre de Choeur du Théâtre Bolchoï de Russie

mercredi 11 mars à 20h00

Halle aux Grains

Réservation

Orchestre de Choeur du Théâtre Bolchoï de Russie

jeudi 12 mars à 20h00

Halle aux Grains

Réservation

Les Musiciens du Prince-Monaco

mercredi 1er avril à 20h00

Halle aux Grains

Réservation

Hélène Grimaud

jeudi 7 mai à 20h00

Halle aux Grains

Réservation

Ensemble Artaserse - Philippe Jaroussky

mardi 19 mai à 20h00

Halle aux Grains

Réservation

Nelson Freire, un pianiste “accro“ du son depuis toujours (Michel Grialou) Nelson Freire, un pianiste “accro“ du son depuis toujours (Michel Grialou) 

Quelques monuments berlioziens. Ce cher Hector est à l’honneur (Michel Grialou)   

Mozart, Rossini, Schubert, trio gagnant (Michel Grialou)

Grands Interprètes : Martha Argerich et Lilya Zilberstein en duo (Serge Chauzy)

Les Musicales Franco-Russes ou la dimension musicale européenne de Toulouse (Hubert Stoecklin)

Orchestre et Chœur du Théâtre Bolchoï de Russie à la Halle : Historique !! (Michel Grialou)

Le Bolchoï de Russie en résidence à Toulouse (Serge Chauzy)

La Pskovitaine de Rimski - Korsakov ou Ivan le Terrible de Chialapine (Michel Grialou)

Passions russes (Jérôme Gac)

Chants russes. Chez eux, chanter c'est comme respirer (Michel Grialou)

Piano et marimba avec Thomas Enhco et Vassilena Serafimova (Serge Chauzy)

Musicales franco-russes : partitions pour un dialogue ininterrompu (Nicolas Coulaud) 

Du grand piano avec Arcadi Volodos (Serge Chauzy)

"La virtuosité, c'est jouer pianissimo" nous dit Arcadi Volodos (Michel Grialou)

Le grand retour des King's Singers (Serge Chauzy)

Prestigieux invités pour un concert de musique française (Serge Chauzy)

Concert au sommet (Michel Grialou)

Serse de Haendel pour ouverture de saison du Cycle Grands Interprètes : soirée pyrotechnique assurée (Michel Grialou)

Piano et chant au menu du cycle Grands Interprètes (Michel Grialou)

Grands Interprètes 2018-2019, le prestigieux voyage (Serge Chauzy)