Contactez-nous
Mercredi 16 Janvier 2019

Les Grands Interprètes

« La virtuosité, c’est jouer pianissimo » nous dit Arcadi Volodos

Par Michel Grialou

« Mais la vérité de la musique n’est pas dans la partition, elle est cachée entre les notes, dans la fluctuation des états provoqués par les sons. Cela impose de maîtriser le langage du compositeur, de savoir improviser dans sa manière. Si j’apprends par cœur une poésie japonaise, cela ne signifie pas que je parle japonais ! » C’est pour le lundi 28 janvier 2019 à la Halle à 20h dans le cadre du Cycle Grands Interprètes.

 

  Arcadi Volodos © Marco Borggreve

 

Arcadi Volodos a tout, des moyens colossaux d’abord, qui déterminent une technique phénoménale et une approche des partitions, marquée par une imagination, une passion qui rendent leur lecture si personnelle. Une virtuosité sans limites permet alors toutes les audaces et quand elle se combine à un sens unique du rythme, une palette de couleurs à l’infini et une telle poésie dans la moindre page, cela fait de Volodos, un musicien hors-champ.

Le programme, mine de rien, très architecturé du récital : Rachmaninov et Scriabine, ce sont ses racines. Schubert, mais comment se passer de Schubert ? On remarquera que pour les trois, des pages de jeunesse voisinent avec des pages plus consistantes et révélatrices des capacités de chacun, un choix délibéré de l’artiste.

Lire la suite...

Franz SCHUBERT
Sonate n°1, en mi majeur, D. 157
Six Moments musicaux, D.780 opus 94

Serge RACHMANINOV
Prélude en do dièse mineur opus 3, n°2
Prélude en sol bémol majeur opus 23, n°10
Prélude si mineur opus 32, n°10
Romance opus 21, n°7 Zdes’ khorosho (arr. Volodos)
Sérénade en si bémol mineur opus 3, n°5
Etude-Tableaux en ut mineur opus 33, n°3

Alexandre SCRIABINE
Mazurka opus 25, n°3
Caresse dansée opus 57, n°2
Enigme en ré bémol majeur opus 52, n°2
Deux Danses opus 73 : Flammes sombres – Guirlandes
Vers La Flamme opus 72

À la Première Sonate virtuose d’un Franz de 18 ans vont succéder les Six  Moments musicaux et leurs pianissimi les plus impalpables allant jusqu’aux fortissimi les plus accomplis. Après l’entracte suivront de courtes pièces de Rachmaninov avec pour ouvrir le portrait du maître, l’incontournable Prélude opus 3 n°2, se glissant aussi un arrangement pour piano seul dû à Volodos, de la Romance opus 21, n°7. La dernière section du récital se révèlera plus exigeante, étant consacré à Alexandre Scriabine. L’ultime Vers la flamme, opus 72 ne laissera aucun répit aux présents qui auraient pu sombrer dans quelque torpeur ou extase.

Pour remercier son auditoire qui, n’en doutons pas, aura fait tous les efforts nécessaires pour ne pas perturber l’écoute par des manifestations laryngées détestables, Arcadis Volodos nous gratifiera sûrement de quelques encore et peut-être une pièce de Monpou au sujet duquel il se plaisait à dire, illustration parfaite de son approche actuelle des pièces choisies et du fil rouge suivi dans leur interprétation : «Mompou était obsédé par le zen, sa Música callada est une musique du silence, une solitude sonore totalement en dehors de tout ce qu’a produit la musique européenne. Ces quelques petits cahiers de pièces minimalistes, mystiques, avec si peu de notes, sont impossibles à concevoir aujourd’hui dans un monde où les gens ne veulent plus écouter mais voir… Pour comprendre Mompou, il faut faire des kilomètres dans la montagne, aller écouter le bruit des ruisseaux…»

 

  Arcadi Volodos © Marco Borggreve

 

Né à Saint-Pétersbourg le 24 février 1972, Arcadi Volodos a commencé ses études musicales par des leçons de chant et de direction. Il n’entreprend de sérieuse formation de pianiste qu’en 1987 au Conservatoire de Saint-Pétersbourg avant de poursuivre des études supérieures au Conservatoire de Moscou à 17 ans  avec Galina Egiazarova. Ensuite, en 1993, il rejoint Paris et étudie un an au Conservatoire dans la classe de Jacques Rouvier. Puis c’est Madrid et Dimtri Baschkirov.

« Qu’on le croie ou non, Arcadi Volodos ne maîtrise pas le piano depuis l’âge de 5 ans. Né d’un père baryton (établi à Paris) et d’une mère choriste à la radio, l’enfant se destinait à devenir chef de chœur. S’il joue du piano dès son entrée au conservatoire, c’est parce que la pratique de cet instrument y est obligatoire. Il chante depuis cinq ans dans différents chœurs quand il découvre les enregistrements de Cortot, Rachmaninov, Schnabel et Gesekieng. Et réalise qu’il s’est trompé de vocation: d’abord refusé par l’école de piano de Saint-Pétersbourg, il travaille d’arrache-pied, et deux mois plus tard donne une sonate de Mozart, une Etude de Chopin et un Prélude & fugue de Bach qui lui valent d’être reçu premier. »

Celui que beaucoup décrivaient alors comme quasi-autiste a été métamorphosé par sa découverte d’un certain Vladimir Horowitz, le pianiste qui subjuguait Rachmaninov lui-même, c’est peu dire. Le jury de la Fondation Cziffra ne s’y trompe pas, qui lui décerne son premier prix en 1993.

Depuis ses débuts à New York en 1996, Volodos s’est produit dans le monde entier en récital et avec les plus grands orchestres et chefs d’orchestre. Pas un seul ne manque à l’appel que ce soit côté orchestre ou côté chef.

Les récitals de piano jouent un rôle central dans la vie artistique de Volodos depuis le début de sa carrière. Son répertoire comprend des œuvres majeures de Schubert, Schumann, Brahms, Beethoven, Liszt, Rachmaninov, Scriabine, Prokofiev et Ravel ainsi que des œuvres moins souvent interprétées de Mompou, Lecuona et de Falla. « Beaucoup l’ont découvert à Paris, lors de ses premiers récitals à l’auditorium du Louvre, à Orsay ou à Gaveau. Les New-Yorkais l’ont entendu en 1996 au Carnegie Hall où il donnait le Deuxième Concerto de Rachmaninov avec le Symphonique de Boston dirigé par Seiji Ozawa. » On parle alors de virtuosité technique très exceptionnelle.

Volodos est un invité régulier des plus prestigieuses salles de concert d’Europe, même si ce n’est pas un “stakhanoviste“ et qu’il donne un nombre limite de prestations aux quatre coins du monde. Ce n’est pas non plus un marathonien des salles d’enregistrement et il est ainsi plus facile de posséder tous ces CD. « J’évite autant que possible de rajouter des disques inutiles sur le marché » déclare Arcadi Volodos. C’est dire s’il choisit avec soin son répertoire.

Si l’un doit vous être suggéré, je dirais Monpou. Mais, difficile de négliger le Volodos Plays Brahms, dernier enregistrement publié en avril 2017, un album de treize pièces pour piano de Johannes Brahms, comprenant les Opus 117 et 118 et une sélection tirée de l’op. 76.

 

Grands Interpretes Reserve

Billetterie en Ligne des Grands Interprètes

Les Grands Interprètes
Arcadi Volodos (piano)
Halle aux Grains • lundi 28 janvier 2019

 

 

 

 

Une nouvelle saison… C’est comme un voyage. On en rêve en amont…

Ainsi, nous vous convions à écouter des musiciens fidèles de notre série mais aussi à en découvrir d’autres, qui s’inscrivent pour la première fois, dans l’histoire des Grands Interprètes

Nous débuterons cette édition avec un chef d’œuvre de Haendel, Serse, en version concert, dirigé par Maxim Emelyanychev, aux multiples talents et avec le solaire Franco Fagioli. Puis, place à la musique symphonique avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France, son directeur musical Mikko Franck et les charismatiques sœurs Buniatishvili, dans un programme de musique française. L’orchestre Les Siècles, pour la première fois à Toulouse, sera dirigé par le prodigieux François-Xavier Roth. A leur répertoire, Berlioz dont on célèbrera le 150ème anniversaire de sa mort en 2019, sera à l’honneur. Le Budapest Festival Orchestra et Iván Fischer ont invité le grand pianiste Emanuel Ax dans un répertoire classique Mozart, Schubert et Rossini. En point d’orgue de cette saison, Tugan Sokhiev sera au cœur d’une résidence du Bolchoï avec 3 concerts exceptionnels de musique russe. Tout d’abord : le chœur, à cappella, dans la ferveur des liturgies et musiques populaires, puis deux opéras en version concert : La Dame de pique de Tchaïkovski et Ivan le Terrible de Rimski-Korsakov. L’occasion de s’immerger dans l’insondable âme russe, nous en aurons encore l’opportunité avec le concert de musique de chambre de Sol Gabetta et de Bertrand Chamayou.

Maria João Pires qui officiellement a quitté la scène musicale se consacrant désormais à son projet pédagogique, Partitura, qui est un échange musical avec de jeunes talents dont elle partage les valeurs musicales. C’est Mozart qu’elle nous offrira, à quatre mains, avec Lilit Grigoryan.

Un musicien rare qui nous livre toujours des versions épurées, Murray Perahia se réserve le temps de réflexion à son programme. Lui succèderont Martha Argerich et Lilya Zilberstein dans une connivence unique et Nelson Freire qui promène un regard d’enfant sur le répertoire pianistique.

Un clin d’œil au répertoire jazz avec Brad Mehldau, le plus classique des pianistes de jazz. On se souvient de ses duos magnifiques avec Anne Sofie von Otter ou Renée Fleming. C’est en solo, que nous l’accueillerons afin de se laisser embarquer dans ses improvisations.

Dans l’écrin merveilleux de l’Auditorium St Pierre des Cuisines, nos pauses musicales, au répertoire éclectique et intimiste : chant à cappella avec les mythiques King’s Singers, un récital avec le baryton–basse américain Evan Hughes fruit de notre partenariat avec l’Académie d’Art Lyrique d’Aix en Provence et la marimbiste Vassilena Serafimova à ne rater sous aucun prétexte pour découvrir les sonorités inouïes de cet instrument, en compagnie de Thomas Enhco.

De ces moments suspendus en quête d’émotions inattendues…

Nous espérons vivement les partager avec vous.

Catherine d’Argoubet

 

Fondée en 1985 par Catherine d’Argoubet, l’association Grands Interprètes s’attache à promouvoir à Toulouse l’excellence artistique liée à la musique de chambre, baroque, symphonique ou à tout récital d’artistes d’exception.

L’association participe aujourd’hui pleinement au dynamisme culturel de la ville et de la région en proposant une série de concerts digne des grandes capitales européennes.

L’accès à la culture est un facteur essentiel du lien social, c’est pourquoi Grands Interprètes a engagé une politique de mixité des publics à l’aide d’un véritable programme de sensibilisation à l’échelle locale et régionale. 

Rejoignez le Cercle des Grands Interprètes et faites vivre la musique classique autrement :

 Participez à l’épanouissement culturel de notre région en soutenant notre programmation et partagez cet engagement fort au sein du Cercle ;

 Devenez un acteur du développement régional au sein d’un projet créateur de lien social permettant à un public le plus large possible d’accéder aux concerts ;

 Préparez l’avenir en assurant la transmission de l’expérience musicale aux plus jeunes, à l’école et en famille.

Que ce soit à titre individuel ou de votre entreprise, vous contribuez par vos dons au développement des missions de Grands Interprètes, tout en bénéficiant de réductions d’impôts et d’avantages exclusifs lors des concerts et des rencontres du Cercle des Grands Interprètes.

Comment nous soutenir :  Télécharger le flyer

 

Les propositions de mécénat de Grands Interprètes entrent dans le cadre des dispositions fiscales de la loi n°2003-709 relative au mécénat, aux associations et aux fondations dite « Loi Aillagon », publiée au Journal Officiel le 1er Août 2003, permettant aux entreprises, et aux particuliers, de bénéficier d’une réduction. 
 

Contactez Nathalie Coffignal, responsable du mécénat (ncoffignal@grandsinterpretes.com - 05 61 21 09 61) pour de plus amples informations.

Les Grands Interprètes : au cœur de la démarche de mécénat

 

 
  
Rejoignez le Cercle des Grands Interprètes
 

The King's Singers

Samedi 19 janvier à 20h / Auditorium Saint-Pierre des Cuisines

Réservation

Arcadi Volodos (Piano)

Lundi 28 janvier à 20h / La Halle aux Grains

Réservation

Thomas Enhco (Piano)

Vassilena Serafimova (Marimba)

Lundi 18 février à 20h / Auditorium Saint-Pierre des Cuisines

Réservation

Bertrand Chamayou (Piano)

Sol Gabetta (Violoncelle)

Lundi 11 mars à 20h / La Halle aux Grains

Réservation

Choeur du Théâtre Bolchoï de Russie

Valery Borisov (Direction)

Mercredi 13 mars à 20h / La Halle aux Grains

Réservation

Orchestre et Choeur du Théâtre Bolchoï de Russie

Tugan Sokhiev (Direction)

Jeudi 14 mars à 20h / La Halle aux Grains

Réservation

Orchestre et Choeur du Théâtre Bolchoï de Russie

Tugan Sokhiev (Direction)

Vendredi 15 mars à 20h / La Halle aux Grains

Réservation

Brad Mehldau (Piano Jazz)

Samedi 23 mars à 20h / La Halle aux Grains

Réservation

Martha Argerich (Piano)

Lilya Zilberstein (Piano)

Samedi 6 avril à 20h / La Halle aux Grains

Réservation

Budapest Festival Orchestra

Ivan Fischer (Direction)

Lundi 20 mai à 20h / La Halle aux Grains

Réservation

Les Siècles

François-Xavier Roth (Direction)

Jeudi 23 mai à 20h / La Halle aux Grains

Réservation

Nelson Freire (Piano)

Mercredi 5 juin à 20h / La Halle aux Grains

Réservation

"La virtuosité, c'est jouer pianissimo" nous dit Arcadi Volodos (Michel Grialou)

Le grand retour des King's Singers (Serge Chauzy)

Prestigieux invités pour un concert de musique française (Serge Chauzy)

Concert au sommet (Michel Grialou)

Serse de Haendel pour ouverture de saison du Cycle Grands Interprètes : soirée pyrotechnique assurée (Michel Grialou)

Piano et chant au menu du cycle Grands Interprètes (Michel Grialou)

Grands Interprètes 2018-2019, le prestigieux voyage (Serge Chauzy)

Yannick Nézet-Séguin est tout simplement irrésistible ! (Hubert Stoecklin)

Sokolov maitre de musique : quel délice ! (Hubert Stoecklin)

Un Québecois à New-York (Jérôme Gac)

Brahms, Brahms, Braaaaaaaahms !! (Michel Grialou)

Le retour de Grigory Sokolov (Serge Chauzy)

Dix doigts d'or à chaque main, tel est Grigory Sokolov (Michel Grialou)

Grands Interprètes, le cycle de concerts de musique classique incontournable en nos murs (Michel Grialou) 

Quand l'un des chefs parmi les plus talentueux dirige un orchestre d'exception et une pianiste irrésistible (Michel Grialou)

Concert classique au sommet (Michel Grialou) 

Le chef russe Yuri Temirkanov est de retour. Effervescence à la Halle assurée. (Michel Grialou)

De Tchaïkovski à Bernstein (Jérôme Gac) 

Senesino triomphant (Jérôme Gac) 

Quand Philippe Jaroussky rencontre un très grand spécialiste de la voix : Georg Friedrich Haendel (Michel Grialou)

De Ludwig au XVème siècle avec Chosta et Lenny (Michel Grialou)

Objectif Haydn (Jérôme Gac)

Les géants de la musique (Jérôme Gac)

Grands Interprètes, quinze soirées pour une 32ème saison ouverte et prestigieuse (Serge Chauzy)

Les Grands Interprètes : au cœur de la démarche de mécénat (Marjorie Lafont)