Contactez-nous
Dimanche 23 Septembre 2018

La Quinzaine Franco-Allemande, un moment d’échange et de partage

Par Régis Daro

« Un moment ludique et festif avant tout ! » Voilà les mots de Stéfanie Neubert, directrice du Goethe-Institut, pour qualifier cette Quinzaine Franco-Allemande, proposée en Occitanie. Cette première édition, initiée grâce à la volonté conjointe de Monsieur Nikolaus Meyer-Landrut (Ambassadeur d’Allemagne en France) et de Madame Marie-France Marchand-Baylet (Présidente de la Fondation la Dépêche), a reçu le soutien de la Région Occitanie. Le Goethe-Institut et plusieurs associations ont aussi contribué à l’élaboration de la manifestation qui se déroulera du 14 septembre au 3 octobre prochain.

 

Lorenzo Naccarato Trio(c) Patrick Fabre  Lorenzo Naccarato Trio(c) Patrick Fabre

 

C’est un rendez-vous d’envergure, qui a pour but de faire connaître, et de valoriser la culture allemande dans l’ensemble de notre région. Avec comme autre objectif, de réaffirmer les liens très forts qui unissent nos deux pays, la Quinzaine Franco-Allemande compte bien s’installer de façon récurrente dans les habitudes de rentrée des autochtones. Au-delà de cet aspect politique, c’est bien à travers des concerts, des projections, des expositions et diverses autres rencontres que, curieux et initiés, pourront en savoir un peu plus sur nos voisins allemands. De Toulouse à La Grande-Motte, en passant par Albi, Carcassonne ou Cahors… Une quarantaine de rendez-vous, souvent gratuits, seront proposés. 

Tous les publics sont invités à venir assister aux événements au programme. Mieux encore, la visée de la Quinzaine demeure que les événements, eux-mêmes, aillent à la rencontre de leurs publics, que leur accès soit facile et pas élitiste, rassemblants ainsi des curieux de tous âges, de toutes langues et de tous horizons ; le partage, la découverte et le savoir étant le ciment de cette manifestation. 

 

 JulianRoman Wasserfuhr(c)Katz

 

Un programme éclectique pour plaire au plus grand nombre 

Le Goethe-Institut, le Quai des Savoirs, le Théâtre du Capitole de Toulouse, des lycées, des cinémas, des musées, des salles polyvalentes… Durant cette Quinzaine, dans les treize départements de la région, plus d’une vingtaine de lieux deviendront hôtes d’événements hauts en couleur. Côté musique le concert inaugural sera donné au Capitole avec le très attendu Ensemble Arabesques. Antoine Villoutreix enchantera quant à lui la péniche « La Tourmente » les 17 et 18 septembre, à Toulouse toujours. Et puis « Pierre et le loup » de Sergueï Prokofiev sera ressuscité au palais des congrès de La Grande-Motte le 19 septembre. Le classique, avec les Noces de Figaro à Saint-Amans-Soult ou Toulouse, comme la rencontre du Jazz allemand et français à Albi ou Montauban, seront aussi au programme. Des lectures auront lieu au Goethe-Institut et à la maison de l’Occitanie. La ville de Hambourg sera quant à elle mise en avant, sur grand écran, avec des soirées court-métrage. Des débats, des rencontres et des expositions rythmeront également cette Quinzaine. L’ensemble du programme est à retrouver sur le site internet de la manifestation.

 

  DISSONANCE, une des cinq oeuvres proposées lors des soirées « court-métrage »

 

Entretien avec Stéfanie Neubert, directrice du Goethe-Institut de Toulouse

Quel est l’objectif de cette première Quinzaine Franco-Allemande ?

L’objectif de cet événement est, bien sûr, de mieux connaître ce partenaire qui se trouve de l’autre côté du Rhin. Un partenaire qui jouit d’une richesse culturelle conséquente. Mais il ne s’agit pas d’un colloque élitiste, politique ou d’un tout autre événements de ce genre… Il s’agit d’avantage d’une découverte ludique, interactive, rigolote parfois. Nous avons organisé – avec l’ensemble des partenaires – des rencontres très intéressantes qui s’adressent à tous : aux germanophones comme aussi, et surtout, aux personnes qui ne parlent pas l’allemand, mais qui souhaitent découvrir cette culture à travers le cinéma, la musique…

Quel est le rôle du Goethe-Institut dans la réalisation de cet événement ?

Le Goethe-Institut fait partie du comité de pilotage de la manifestation. Nous avons apporté à cette quinzaine notre expérience en matière d’organisation d’événement de ce type. En effet, déjà depuis plusieurs années, à l’échelle de la ville de Toulouse, nous proposons une semaine Franco-Allemande ; une semaine qui aura toujours lieu en janvier prochain. Donc fort de cette expérience, et d’un carnet d’adresses important sur la place toulousaine, c’est avec plaisir que nous avons pris part à cet événement qui nous tient très à cœur. 

Parmi les plus de quarante événements du festival, que conseillez-vous à des curieux, intéressés par la manifestation ?

Il y a trois événements en particulier qui, dans plusieurs sites de la région, illustrent parfaitement la ligne directrice de cet événement : à savoir la découverte et le partage de nos deux cultures. Le premier événement que je conseille est : La rencontre du jazz français et allemand, par Roman et Julian Wasserfuhr et le Lorenzo Naccrato Trio. Une rencontre inédite entre deux formations de jazz connues et recherchées par le public pour leurs univers musicaux respectifs, avec une création commune. Le deuxième est aussi une rencontre musicale, il s’agit de Voyage à Lubeck par Les Passions – Orchestre Baroque dirigé par Jean-Marc Andrieu et avec des parties narrées assurées par Gilles Cantagrel. Il aura lieu trois fois durant la quinzaine. Enfin le focus sur la ville de Hambourg, avec notamment l’Ensemble Arabesque ou la soirée court métrage, est un bon moyen de découvrir autrement cette riche culture.

Régis DARO

GI


La Quinzaine Franco-Allemande en Occitanie
Du 14 septembre au 03 octobre 2018
Téléchargement du Programme