Contactez-nous
Dimanche 12 Juillet 2020

Sébastien Llinares, la musique au bout des doigts

Par Serge Chauzy

Toulousain d’origine, Sébastien Llinares vit et enseigne à Paris. Guitariste singulier, musicien au parcours riche et atypique, il met son jeu au service de toutes les musiques, qu’elles soient anciennes ou contemporaines, écrites ou orales, savantes ou populaires. Il s’inscrit dans la lignée de l’école espagnole grâce à l’enseignement de Rafael Andia, qu’il a suivi à l’École Normale Supérieure de Musique de Paris. Sébastien Llinares se produit régulièrement en soliste, en formation de chambre ou en ensemble, et son large répertoire lui permet de donner des concerts et récitals brassant diverses esthétiques, de la musique ancienne à la création en passant par le jazz.

...

Formation Professionnelle

du 27 avril au 10 septembre - Théâtre Le Hangar

La formation professionnelle que nous proposons s’adresse à des apprentis comédiens ou à des professionnels du spectacle vivant (danseurs, circassiens, chanteurs...) souhaitant s’initier ou se perfectionner, en vue de se professionnaliser, aux fondamentaux du travail de l’acteur dans la représentation contemporaine. La formation est conventionnée par la Région Occitanie.

• 735 heures sur l’année à raison de 30 heures par semaine de janvier à juin.

Dans tout le cursus, une place prépondérante est accordée au travail du corps d’une part (engagement, présence organique, fluidité, relâchement), à l’acte de dire d’autre part (énergie, sensibilité, jeu).

...

Passe ton Bach d’abord 2020 : le report

Par Serge Chauzy

Pour l’organisation de sa 13ème édition, le festival Passe ton Bach d’abord, plébiscité par les Toulousains, se heurte à des circonstances aussi défavorables qu’exceptionnelles. Le traditionnel week-end de juin, qui lui est consacré depuis sa création en 2008, ne verra pas cette année la folie musicale s’emparer de la ville et de ses habitants. Un certain virus insidieux et cruel lui ravit sa place.

 

L’affiche initialement prévue pour annoncer le festival 2020

 

Qu’à cela ne tienne ! Les organisateurs du festival, en premier lieu Michel Brun et son Ensemble Baroque de Toulouse, ont anticipé le report et imaginé une autre manière de célébrer le compositeur dont le mot d’ordre cette

...

Une saison classique ? Contemporaine et… virtuelle !!

Par Annie Rodriguez

Création mondiale, entrée au répertoire, nouvelle production ou première à Toulouse, le programme du Ballet du Capitole nous promet une saison riche en couleurs variées, même si seulement quatre programmes et sept petites heures de danse, seront proposés aux amateurs de danse de notre région.

 

Ballet du Capitole © David Herrero 

 

Si la situation actuelle nous a privés, en cette fin de saison, de la création de Toulouse Lautrec de Kader Belarbi, nous la retrouverons dès le mois de novembre (du 4 au 8 novembre). Pour évoquer l’image du peintre « esclave de son petit corps », le chorégraphe s’est entouré de l’équipe qui participe si souvent à son travail créatif. La musique est signée

...

Somptueuse résurrection

Par Serge Chauzy

Dans cette récente parution, la Maîtrise du Conservatoire de Toulouse et l’ensemble de cuivres anciens de Toulouse Les Sacqueboutiers, sous la direction de Mark Opstad, ressuscitent la plus envoutante des musiques qui soient. Cette nouvelle création intitulée « Musiques pour les funérailles royales espagnoles » réunit autour du légendaire Requiem de Tomás Luis de Victoria (Officium Defunctorum, datant de 1605) un ensemble de pièces vocales et instrumentales destinées aux funérailles royales espagnoles de la fin du Siècle d’Or. Une heure pleine d’une intense et rare musicalité.

 

La Maîtrise du Conservatoire de Toulouse

 

Donné en concert le 9 avril 2019 en l’église des

...

Le Ballet du Capitole au temps du confinement

Par Annie Rodriguez

Dans le contexte si particulier dans lequel nous vivons aujourd’hui, nous avons demandé à Kader Belarbi comment se passe la gestion de la Compagnie pendant ce temps de confinement.

 

Kader Belarbi © David Herrero

 

Kader Belarbi : Cette injonction est arrivée dans un moment très fourni. Nous étions en fin de tournée de Giselle en janvier-février, on enchaînait avec A nos amours, dans un format musique de chambre, en ayant scindé la Compagnie en deux : 15 danseurs avec les étoiles et les solistes pour les spectacles en extérieur et le reste de la Compagnie travaillant sur le ballet de Platée. Et nous avons décidé, le 14 mars avec tous les artistes sur scène et tous les

...